Karité ? Juste un ingrédient commun, universel et simple.

Parce qu’on en trouve dans beaucoup de cosmétiques, quelle que soit leur origine géographique et les propriétés revendiquées. Un actif un peu « bateau » en somme, dont parfois on se méfie… « Si cette crème est grasse et comédogène, c’est à cause du karité non ? »

Halte aux idées reçues, on reprend tout à zéro. Parce qu’avec Karéthic, Carole nous démontre que le Karité, c’est un trésor magique  offert par l’Afrique.

Le karité, actif universel ? Hé, faut dire qu’on en trouve dans tellement de crèmes que ça doit pousser partout et à foison. Première idée fausse ! Le karité est un arbre qui ne pousse que sur le sol de 17 pays africains (on appelle cette zone géographique la ceinture du karité) et ne se cultive pas. Ne cherchez pas, il n’est pas acclimaté ailleurs. Le beurre de karité est issu des fruits de l’arbre : il ne les portera pas avant ses 25 ans, patience, patience… Heureusement, il est productif pendant 300 ans, et offrira chaque année de quoi fabriquer de 2 à 4 kg de beurre.

Donc oui, on n’en a pas forcément conscience, mais la ressource en karité est limitée : d’où l’intérêt de gérer durablement cette richesse, en protégeant les arbres, ce qui est évident pour les africains qui respectent cette plante sacrée,  liée si intimement à leur quotidien, mais également en la valorisant en mieux, sans gâchis ni produits médiocres…

Le karité, actif simple. Si on entend simple au sens de simplet, on a tout faux… Si on l’entend au sens de plante médicinale, on est bien plus proche de la vérité ! Actifs contre le cancer dans les racines, la conjonctivite dans la feuille, antitussifs dans l’écorce, antivenimeux dans le fruit… les pistes pour la recherche médicale sont nombreuses. Mais le beurre qu’on trouve dans nos cosmétiques ? Et bien naturellement riche en insaponifiables, actifs réparateurs, latex, vitamines A, E et F, le karité nourrit, assouplit, protège et lutte contre le vieillissement de la peau. Tout ça… s’il est de qualité !

C’est là que Carole intervient. Cette jeune femme énergique et convaincue a quitté son emploi de consultante informatique pour se lancer dans une grande aventure, la mise en place d’une filière durable, intégrée et équitable autour du karité, de l’extraction du beurre à la fabrication de la gamme Karéthic.
En Afrique, le karité est intimement lié à la femme, car ils sont tous les deux dotés de la même énergie vitale , qu’on l’appelle Nyama, Ashe, ou Qi, cette énergie qui permet de donner la vie.
Il en a fallu une bonne dose à Carole pour mener son beau projet à bien ! Quand on parle avec elle, on est frappé par sa passion et son respect pour les femmes africaine et le lien sacré qui les unit au Karité.

Pour valoriser ce lien, il était évident pour Carole que l’apport des femmes de l’Atacora (Bénin) au projet ne pouvait se limiter à la récolte des noix. Non, c’est à elles que devait appartenir la transformation du beurre, dans le respect de leurs traditions et de leur savoir-faire, en leur permettant d’accroitre leurs revenus.
Le beurre Karéthic est un produit d’exception car il est pur et non raffiné. Ah non, on ne  fronce pas le nez, et on balaie encore une fois ses idées reçues : les amandes étant triées avec soin, ce beurre sent bon la noisette, inutile de raffiner une telle merveille au risque de lui faire perdre ses propriétés.

Si vous ne savez pas comment on fabrique le beurre de Karité, voici un exemple de « tout manuel » :

Chez Karéthic, c’est un peu différent, pour faciliter la vie des productrices :

Les amandes sont triées et lavées, première étape primordiale… qui peut sembler évidente, mais ne l’est pas forcément pour le beurre industriel !
Elles sont ensuite torréfiées au four, à moins de 45 °C,  afin de leur permettre d’exprimer le beurre.
Les amandes sont broyées au moulin en inox (afin d’éviter les traces d’aluminium dans le produit), puis le beurre est baratté à la main.

Ici, un exemple de broyage au moulin, mais avec barattage mécanique :

Et là un barattage manuel :

Cette étape manuelle, qui chez Karethic se fait à deux, ce qui est moins fatiguant physiquement, permet d’obtenir un beurre plus onctueux qu’à la machine. De plus, il est difficile de trouver des baratteuses en inox, et ces machines sont finalement peu adaptées au contexte local, puisqu’elles demandent du carburant, et beaucoup d’eau…
Le beurre est ensuite cuit à basse température, à moins de 45°€, afin de préserver ses actifs, puis conditionné. Les productrices ont été formées afin de veiller au respect de la température.

Pour vous donner une idée des autres modes de fabrication du beurre :

– extraction industrielle chimique à l’hexane et raffinage,
– extraction physique sans intrant chimique et raffinage,
… dans ces deux cas, on perd une bonne partie des actifs en route, mais le raffinage permet de masquer les problèmes d’odeurs fortes et désagréables liées à la piètre qualité des noix, et d’augmenter la durée de conservation… ( qui est de deux ans pour un beurre non raffiné de la qualité de Karéthic),
– pression à froid : « à froid » signifie à moins de 60°C, ce qui préserve les actifs du Karité. Cependant, quand les amandes sont pressées à froid par des machines, on extrait deux fois moins de beurre que par la méthode traditionnelle… Quel dommage de gâcher cette ressource ! Et ce d’autant plus que ces machines sont rarement entre les mains des productrices, qui se contentent généralement de fournir la matière première. En terme de développement local, ça se pose là…

Vous l’aurez compris, l’action de Karethic est multitableau : assurer un revenu aux femmes, valoriser leur savoir-faire et assurer leur indépendance via la formation et la fourniture d’un matériel adapté au contexte, produire un produit de qualité issu d’un circuit court et parfaitement traçable…

Et quelque part, le meilleur juge de la qualité de ce beurre, c’est l’analyse chimique. Et vous savez quoi : je tiens de la bouche même du responsable du laboratoire qui l’a testé que ses propriétés et son taux d’insaponifiables sont « exceptionnels »… La magie opère !

Maintenant que je vous ai mis l’eau à la bouche, qu’est-ce que nous propose Karéthic ? Mais pleins de super produits ! Et la bonne nouvelle ? ça n’est même pas cher !

Pour les popoteuses, l’absolu de Karité, 100 % karité brut, sera un ingrédient de base au top pour les soins. Celles qui préfèrent le prêt à l’usage trouveront leur bonheur dans le baume pour les lèvres (que j’adore), le velouté de karité, un baume parfumé à la mangue hyper réparateur et à la texture étonnamment fondante et pénétrante (fan également !), ou encore le baume capillaire et les bougies de massage (super idée cadeau très sensuelle, en plus très bien pensée car le massage est une tradition qui permet au karité d’exprimer tout son potentiel magique !).
Les points de vente sont consultables ici, et je vous reparlerai plus tard de ces merveilles.

Alors, est-ce que vous faite-vous attention aux mentions raffiné et extrait à froid lorsque vous achetez des cosmétiques au Karité ?

(Merci à Carole pour son extrême patience avec la novice en karité que j’étais !)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...