Mais c’est quoi ce titre ???

Nan mais en fait, j’essaye de justifier pourquoi, bien que rentrée lundi, je n’ai encore rien publié cette semaine. Bon, certes, et le rapport ?

Alors donc, mardi soir, au lieu de rédiger religieusement un billet pour le blog, je suis allée à un concert. Et ça partait mal. Déjà il pleuvait,  j’étais de mauvaise humeur, je n’avais jamais entendu parler de l’artiste, et bien sûr, à République, j’ai pris la mauvaise sortie de métro, donc retraversée de la place en diagonale, sous la pluie si vous suivez. Y’a des jours comme ça.

Arrivée plutôt en retard au Gibus Club, derrière la foule, aperçu de la tête du chanteur sur l’affiche avant de rentrer, il est même pas très beau. « Mais comment il s’appelle et il chante quoi d’abord ? » ais-je demandé à l’ami qui avait la chance de profiter de ma compagnie enjouée. « Oldelaf, et tu vas aimer ». Mouais, là j’ai dû grommeler.

Bon, 5 mn plus tard, j’avais réussi à me faufiler dans la foule (de l’avantage du mètre 60) et même à me percher sur une marche devant la console du son (à moi le mètre 70). ça allait déjà un peu mieux.

Et puis ça commence. Et c’est entrainant. Et c’est drôle. Et même musicalement c’est bien. Et c’est VRAIMENT drôle. Sans compter que le tout est porté par une foule de fans qui connaissent toutes les chansons par cœur…

Il faut dire que si Oldelaf a acquis une certaine notoriété sur internet avec le titre « le café » (ouais, du coup, je me suis un peu documentée)…

… il a également une petite expérience des concerts (genre 500 entre 2000 et 2010) avec son ancienne formation, originalement nommée « Oldelaf et Monsieur D. » (Monsieur D étant il me semble un genre de Dr Who, il a pas mal changé d’enveloppe corporelle en 10 ans).

Et le style alors ? Chanson française, avec du rythme, du texte, drôle, vraiment drôle, qui puise son inspiration dans l’air du temps (Les filles qui s’appellent Valérie, Le monde est beau), le quotidien trivial qui agace et dans lequel tout le monde se reconnait (le crépi, la tristitude),…

(par expérience personnelle, la seule solution, c’est le sablage, définitif et radical…)

…parfois totalement absurde et irrévérencieuse (Raoul mon pitbull, J’ai chaud)…


(spéciale dédicace à One Voice… Ouais, je fais le lien avec le blog beauté vous voyez)

… parfois tendre et ironique (Sparadrap, Le testament)… Enfin vous l’aurez compris, il y en a un peu pour tous les goûts, pour peu qu’on aime les textes bien pensés !

Ajoutez à ça une vraie complicité avec le groupe, beaucoup d’énergie et de générosité ( hé, on a eu droit à une 2ème partie) et de l’inventivité (Barres techno, à ne SURTOUT pas manquer sur scène !)… j’ai passé une super soirée (et c’était pas gagné d’avance), je suis rentrée hyper tard, de très bonne humeur finalement, … et du coup je n’ai rien écrit sur le blog.

Oldelaf et sa bande tournent pas mal, pour les dates c’est ici. Pour les parisiens, ils seront en concert à la Cigale bientôt, mais c’est complet… Heureusement, ils passeront également au Trianon le 28 avril 2012, alors franchement, n’hésitez pas à y aller, vous passerez un vrai bon moment.

Allez, je laisse la conclusion à Oldelaf : « La tristitude, c’est quand ton coiffeur t’apprend que t’as des reflets roux… et ça fait mal ».

Voila. Je suis fan. Dis, Oldelaf, tu veux bien m’épouser ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...